Grands froids d'antan

  • Imprimer

hiverEn cette saison où le reste de la France nous envie une météo plus clémente, il faut se souvenir néanmoins que les « grands froids «  ont frappé durement notre région à certaines périodes de notre histoire…
L’an passé le froid a eu raison des mimosas et de beaucoup de palmiers.
1956 a marqué l’hécatombe des oliviers…
Mais dans le passé le grand froid signifiait disette et mortalité accrue.
L’année la plus emblématique fut incontestablement 1709, à la fin du règne de Louis XIV.L’eau gelait dans les verres à Versailles. Chez nous "il a fait un si furieux gel qu’il a tué tous les grains "  notait le prieur de Rochemaure. Or les blés (les bleds comme on disait alors) formaient l’essentiel de la culture de la vallée du Rhône et des plateaux de l’Ardèche.
Les paysans cultivaient ce qui leur était nécessaire pour vivre : des blés, un peu de vigne pour leur consommation courante, de l’élevage ovin, des raves…
Le grand froid de 1709 généra une famine mortifère. Les habitants n’avaient pas de ressources financières pour importer des grains d’autres régions…. De surcroît de nombreuses populations errantes descendaient des Cévennes ou même les châtaigniers avaient gelé !
On ne note pas ce genre de phénomènes au 19eme siècle.
Peut être les pics de froid ont été moins terribles, mais surtout le développement de la sériciculture (vers à soie) a donné à la région une aisance financière permettant d’acheter des grains à l’extérieur et d’éviter des famines.