Manifestations

connectez-vous...

Le temps

Le calendrier

Octobre 2019
L Ma Me J V S D
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
Novembre 2019
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

Les Visiteurs

2498430
Aujourd'huiAujourd'hui814
HierHier2098
Cette semaineCette semaine2912
Ce mois-ciCe mois-ci31724
Total : Total : 2498430

Le saviez-vous ?

vue_de_la_plaineActuellement La commune de Saint Julien couvre 2000 hectares et comporte 1254 habitants

En 1856 il n'y avait que 1089 habitants : il y avait 2 cordonniers ,1 maréchal ferrant et 3 coiffeurs !! ...
Le chemin de lapparan était le chemin des jardins à l'extérieur des fortifications.
 La montée au calvaire permettait d'avoir 40 jours d'indulgence
Le patron de la paroisse est  Saint Julien de Brioude (soldat romain) et non Saint Julien l'hospitalier (chevalier du moyen âge)
Si vous voulez en savoir plus lisez le compte rendu complet de la visite conférence du 3 Septembre 2010 en cliquant sur lire la suite

 

Visite guidée du 3 Septembre 2010, organisée par Valcézard , conférencière Chantal Béjuit

La visite démarre place du donjon, avec la magnifique vue sur la plaine de Pierrelatte, le Ventoux et les contreforts des Alpes.

Il y avait un donjon en effet au Nord ouest de la place, dont on ne saurait rien sinon qu'il était cassé (si un internaute a des informations complémentaires sur ce point ou sur un autre qu'il fasse passer un petit message sur le site, il est fait pour cela !!). Cette place du donjon n'a pas toujours été une place : Des habitations médiévales occupaient l'endroit. Les dernières ont été démolies dans les années 1960. Quand on fait le tour de la place par le bas, on aperçoit encore des caves ou des portes murées ...

La guide conférencière nous entraine ensuite vers l'Eglise dont l'origine remonte au XII° siècle, c'est dire qu'elle est romane, très haute et relativement étroite, avec des voûtes en berceau. La partie arrière de l'Eglise est la plus ancienne, au dessus du chœur on trouve déjà des croisées d'ogive. L'Eglise a été restaurée en 1999, très colorée comme elle devait l'être sans doute au Moyen Age, ses trompe l'œil mettent en évidence des statues de bois doré : Saint Jean, Saint Julien et Sainte Philomène. Saint Julien, le patron de la paroisse n'est pas Saint Julien l'hospitalier, cher à Flaubert mais Saint Julien de Brioude, dans sa tenue de soldat romain.

En sortant le l'Eglise, une grande croix de mission marque  l'emplacement de l'ancien cimetière. Le 19° siècle a été marqué par l'hygiénisme débutant et la lutte contre les épidémies. A l'initiative de Napoléon, les cimetières ont été progressivement transférés à l'extérieur des villages et les lavoirs se sont multipliés ...

Après l'Eglise, la visite se dirige vers le « château » en bordure de la route de Saint Paulet de Caisson .En fait il s'agit plutôt d'une maison de maître dont on voit encore l'emplacement de fenêtres à  meneaux. A L'arrière, une tour (visible du calvaire) servait sans doute d'escalier circulaire. Pour les visiteurs curieux, noter la petite sirène qui émerge du mur (sans doute un réemploi)

L'histoire propre de Saint Julien est mal connue (internaute à vos articles !). On la connait à travers l'histoire d'Aiguèze  voisine. A la fin du 14° siècle, est signalée, la révolte des Tuchins (révolte populaire contre l'impôt sur le sel) qui occupent le château d'Aiguèze  pendant un an et qui pillent les châteaux avoisinants. En 1426 Antoine de Sabran est cité dans un texte comme coseigneur de Saint Julien et d'Aiguèze. En 1570 un autre texte cite les fortifications de Saint Julien. En un mot d'après Chantal Béjuit, l'histoire de Saint Julien reste à découvrir.

La visite monte ensuite au calvaire (sur la propriété privée de la famille Guigue) Le fac similé de la grotte de Lourdes a été réalisé en 1876, au retour d'un pèlerinage. Le calvaire a été érigé en 1894 sur un tertre couvert d'oliviers qui pouvait rappeler le Golgotha....De  là haut la vue est magnifique. On voit la dent de Res  (ce qui veut dire la dent de scie), sur le plateau des Gras au-delà de Saint Remèze  et en direction du Vercors.

En descendant la visite emprunte la traverse de la croix, qui longe l'ancienne école privée de filles et aboutit au lavoir (rénové par Valcézard)

Au dernier recensement Saint Julien s'étendait sur 2000 hectares et comptait 1254 habitants. A noter qu'en 1856 il y avait 1089 habitants. La population n'a pas décru, contrairement à de nombreux villages du Gard .

Notre guide évoque l'activité économique de la région au siècle passé avec les mines de lignites de  Mézérac et les mines de phosphates et de charbon de Saint Paulet de Caisson

Au 19° siècle il y avait à Saint Julien : 2 tonneliers ,2 bouchers, 2 cordonniers, 1 maréchal ferrant, 1 scierie ,3 coiffeurs ,2 épiciers, 4 exploitants forestiers, 1 commerce de cannes et 1 société de transports en commun (l'ancêtre des cars Auran ) ,enfin 1 moulin à huile dont on aperçoit la meule dans la rue de Font vieille. Cette rue longe les fortifications qui partaient de la porte ouest (place du Barry) jusqu'à la porte Est (au niveau de l'épicerie et du café des sports)

La visite fait un petit détour pour examiner la fontvielle,  qui pendant longtemps a été la seule fontaine publique du village. Un projet de restauration est en cours avec le Conseil Général et Valcézard  .

Puis nous poussons jusqu'au 2° lavoir, près du cimetière actuel, sur le chemin de lapparan . Lapparan c'était les jardins et les vergers à l'extérieur des fortifications (irrigué sans doute par le petit ruisseau du Vallat puis par le lavoir)

Le rédacteur du présent compte rendu invite tous ceux qui auraient un complément d'information, une rectification ou une anecdote, à envoyer un message au site qui publiera.