Manifestations

connectez-vous...

Le temps

Le calendrier

Novembre 2019
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
Décembre 2019
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

Les Visiteurs

2570252
Aujourd'huiAujourd'hui1535
HierHier2453
Cette semaineCette semaine5980
Ce mois-ciCe mois-ci37188
Total : Total : 2570252
Les articlesUn peu d'histoire

Histoire

La tradition du jour de l’an a été abolie de 1791 à 1797 en France

Jusqu’au XVIIème siècle le 1° de l’an était l’occasion de visites de courtoisie..On se déplaçait pour faire des compliments aux personnes que l’on estimait (ou avec qui on était en lien social)
A partir du règne de Louis XIV les visites furent remplacées par des cartes de visites (dont l’habitude venait d’extrême orient) .
 Bien entendu il entrait dans cette pratique une part d’hypocrisie, ce qui exaspéra les révolutionnaires. Un député, nommé La Bletterie, escalada la tribune de la Convention: « Citoyens, s'écria-t-il, assez d'hypocrisie ! Tout le monde sait que le Jour de l'An est un jour de fausses démonstrations, de frivoles cliquetis de joues, de fatigantes et avilissantes courbettes... »
Dans leur souci de supprimer les pratiques de l’ancien régime les conventionnels interdirent l’envoi de ces cartes …le sapeur Audoin, rédacteur du Journal Universel, répondit cette phrase mémorable : « Le Jour de l'An est supprimé : c'est fort bien. Qu'aucun citoyen, ce jour-là, ne s'avise de baiser la main d'une femme, parce qu'en se courbant, il perdrait l'attitude mâle et fière que doit avoir tout bon patriote ! » Cette suppression du « jour de l’an » avec son folklore dura 6 ans. Après la tradition repris-le dessus.

Sans doute cela correspond il à un besoin. Même si on se sait aimé ou estimé, cela fait toujours du bien de se l’entendre dire « Ce qui va sans dire, va mieux en le disant » D’ailleurs le début du mois de Janvier est un moment où on supporte assez bien l’hiver en général : Est-ce l’effet des cartes de vœux, du chocolat qui est un euphorisant ??
En tout cas BONNE ANNEE A TOUS !

Visite en 3D de Saint Jean de Latran à Rome (siège de la papauté avant Avignon)

latran-cloitreUne façon de visiter sans peine et sans frais et voir ce monument comme vous ne l’avez jamais vu en cliquant avec votre souris ICI Cliquez sur les numéros et utilisez votre curseur pour cliquer et faire glisser, et vous pouvez passer au plafond ou 360 degrés. Vous pouvez vous concentrer sur la plus petite fonction d'un tableau (en utilisant le zoom +et- en bas à gauche)

La Basilique du Latran est la cathédrale du Pape en tant qu'évêque de Rome. Elle a été érigée par Constantin vers 320, c'est la plus ancienne des églises de Rome (la première eglise Saint Pierre sera construite 10 ans après). Charlemagne y a été baptisé en 774.
De l'époque moyenâgeuse, il ne reste que le cloître du XIIIe siècle (n° 9 sur le montage) .
Au IVe siècle, à la fin des persécutions, la mère de l’empereur Constantin donna à Melchiade, l’évêque de Rome, successeur de Saint Pierre, une partie de la propriété de sa famille, les Laterani, pour s’y établir. Depuis, l’église qu’il édifia est restée la cathédrale de Rome, malgré tous les remaniements qu’elle a subis. Bien évidemment elle fut désertée en 1309, quand les papes ont fui Rome, peu sure, pour venir en Avignon. Mais en 1377, lors du retour à Rome, les papes préféreront s’installer près de St-Pierre à cause des fortifications, qui entouraient ce quartier, et lui offraient une protection plus sûre.
La basilique reste « mère et maîtresse de toutes les églises ».

La chapelle du Prieuré Saint Pierre à Pont Saint Esprit

prieuréLorsqu’on franchit le pont sur le Rhône pour la première fois, on est étonné de voir ces 2 clochers côte à côte. Souvent c’est la commune qui a voulu rivaliser avec l’Eglise par la construction d’un « beffroi » ou « campanile ». A Pont Saint Esprit il n’en est rien : C’est bien 2 édifices religieux qui sont à côté l’un de l’autre.

L’Eglise paroissiale Saint Saturnin jouxte la chapelle du prieuré Saint Pierre. Pour désaffectée qu’elle est, elle symbolise l’histoire de Pont Saint Esprit : C’est en 948 que Gérard d’Uzès, de la famille comtale d’Uzès, donne ses terres localisées à Saint Saturnin du Rhône, à l’abbaye de Cluny qui vient d’être fondée en Bourgogne (910) pour qu’elle y implante un petit monastère (prieuré). Ce prieuré saint Pierre est la 7° « fille » de l’abbaye mère de Cluny, il comporte 30 moines au XIII° siècle et dispose d’une chapelle réservée aux moines. D’où la nécessité d’avoir en parallèle, une église paroissiale. Le prieur du monastère est le seigneur de la ville. C’est donc lui, qui lance la construction du pont, qui changera le nom de la ville.

A partir du XV° siècle c’est la décadence du prieuré, aggravé par les guerres de religion. On reconstruit partiellement la chapelle à la veille de la révolution. Elle est consacrée en 1784 mais saccagée par les habitants de Pont en 1798. Au XIX° siècle, elle sert de hangar puis d’école publique …et jusqu’en 1965 de garage pour les pompiers !

Le prieuré a disparu. A noter quand même qu’il reste une pratique cultuelle dans cette chapelle désaffectée depuis si longtemps : Une petite chapelle annexe du côté de la place George Ville sert …de temple aux protestants. Pour en savoir plus lire la brochure éditée par la mairie de Pont Saint Esprit . .

L’Ardèche est elle navigable ?

Aujourd’hui assurément quand on pense aux milliers de canoës Kayaks qui défilent l’été entre Vallon Pont d’Arc et Saint martin d’Ardèche. La question paraitra même stupide à tous ceux qui participeront, acteurs et spectateurs au marathon des gorges de l’Ardèche le 13 Novembre 2010 prochain.
Mais la question se pose pour l’Antiquité tardive et le Haut Moyen Age (V, VI siècle). Les historiens n’ont cessé de débattre de la question : L’Ardèche était elle navigable ? Le médiéviste Nicolas Clément en a fait même un des sujets de son exposé à l’occasion des 30 ans de la Réserve Naturelle des Gorges de l’Ardèche.
Evidemment il n’y a pas de sources écrites mais les techniques archéologiques donnent des indications précieuses : Les grottes de l’Ardèche étaient occupées. On y trouve des traces du travail de la laine et de la métallurgie. Et surtout de nombreuses céramiques venant de l’Uzège ou du Tricastin .On trouve même des amphores africaines ? Cela indique bien qu’il n’y avait pas d’autarcie totale mais bien un circuit économique régional …Est-ce que l’Ardèche servait de voie de pénétration, ce qui impliquerait qu’elle soit navigable ?
Certains le pensent au motif que le climat était plus humide et le niveau de l’eau plus élevé …De plus certaines inscriptions romaines découvertes à Nîmes parlent des « nautes ardéchois». Les «nautes» sont des mariniers…
Mais il faut bien reconnaitre pourtant que la grande majorité des chercheurs récusent cette navigabilité de l’Ardèche au profit de circuits terrestres (par Alba la romaine par exemple) ; Et pourtant cette hypothèse historique d’une Ardèche navigable, même si elle n’est pas fondée ,nous fait rêver !  

DENIM, BLUE JEAN, d’où ça vient ?

Un peu d’histoire
Question : DENIM, BLUE JEAN, d’où ça vient ?   Réponse : C’est le nom de deux villes méditerranéennes :

NIMES, d’abord :
La ville hébergeait autrefois de nombreuses manufactures de tissus et, entre autres, les ateliers de confection d’une solide et célèbre toile. D’abord  utilisée au 18ème siècle pour les brailles des bergers Cévenols et pour les tenues des marins Génois, elle va connaître une destinée exceptionnelle.
Exportée par la suite par la famille André, tisseurs et négociants très actifs, principalement aux Etats-Unis et destinée, grâce à son exceptionnelle résistance due à sa trame très serrée de serge et de coton, aux bâches des chariots des colons, aux pantalons des cow-boys et aux voiles des bateaux, elle est devenue la toile DENIM.

GENES, ensuite :
C’est le bleu de Gènes, teinture très résistante qui donnera son nom au BLUE GEN devenu BLUE JEAN, fait en toile DENIM. 

La famille André aujourd’hui oubliée, aurait ainsi vendu de la toile à M Oscar Levi Strauss, dont le nom est bien resté, quant à lui, dans la mémoire collective.

 

La commune de Saint Julien de Peyrolas est traversée par l’Ardèche

Limte gard St Julien
La commune de Saint Julien présente la particularité d’être « traversée » par l’Ardèche, à la différence de Saint Martin et d’Aiguèze qui sont « bordées » par la rivière.
La carte ci jointe montre bien que la limite de la commune (et du coup du département du Gard) traverse l’Ardèche au niveau du moulin de Saint Martin et court sur la rive gauche jusqu’au pont cassé où elle reprend le milieu du cours de la rivière.
D’où vient cette bizarrerie géographique ? Serge Dahoui dans son livre « l’Ardèche intime au fil de l’eau » indique que jadis l’Ardèche suivait le bas de la falaise où passe aujourd’hui la route de Saint Just.
De toute façon l’Ardèche a charrié beaucoup d’alluvions au cours des siècles, repoussant le Rhône vers l’Est. Au temps des romains Saint Just était un village de pêcheurs au bord du Rhône !!